Plô grand bâtard

CHARDONNAY - CHENIN BLANC

Cette image représente une bouteille de Chardonnay

CÉPAGES & ASSEMBLAGE

65% Chardonnay
35% Chenin Blanc

VITICULTURE

100% engrais organiques.
CHARDONNAY (25 ans) sur de fortes .
pentes exposées sud-est CHENIN BLANC (35 ans).
exposé sud-est à 350 mètres d’altitude.
Vendange manuelle avec sélection parcellaire & tri sur pied.

RENDEMENT

25 hl / ha.

VINIFICATION

Raisins pressurés directement puis débourbés a froid.
CHARDONNAY ET CHENIN vinifiés séparément en demi muid de 600 litres.
Bâtonnages quotidiens en fonction de la dégustation.
Pas de fermentation malo lactique.

ÉLEVAGE

CHARDONNAY ET CHENIN élevé en fûts de chêne Français
pendant 9 mois 30% neuf + 35% 1 vin + 35% 2 vin
Demi muid de 600 l.

Ce vin n’est ni collé, ni filtré.

25

Découvrez aussi

Cette image représente une bouteille de Cabernet sauvignon

Plô Grand Bâtard
25€

Cette image représente une bouteille de Syrah

Plô Grand Bâtard
25€

Cette image représente une bouteille de Carignan

Petit Bâtard
13€

Cette image représente une bouteille de Carignan B - Grenache G

Petit Bâtard
13€

À LA CROISÉE DES CHENINS OU L’ÉLOGE DE LA GRANDE BÂTARDISE.
Chien, mulet, bardot, pain, métis, salaud… au croisement de deux espèces différentes naît l’hybride. La rencontre des Rois et de leurs soumises génère tous les bâtards de l’Histoire, Charles Martel, Louis d’Orléans, etc… L’illustre «illégitime» qui nous occupe ici est aussi de lignée princière, car le Maître de Roucarels, préférant le cantique du fruit à tous boniments d’officines, a bien fait rencontrer de grands cépages couronnés avec le fameux Chenin – Raisin des chiens. Hors normes, ce vin de passion, conçu dans la pénombre de la cave avec l’alchimie d’un geste secret, celui du bon dosage, nourrit généreusement l’émotion d’une grande découverte. Avec son architecture monumentale, priorité absolue est faîte à l’expression du terroir d’altitude, vif, frais, puissant, d’un bel éclat avec une finale ample et longue. Ce GRAND BÂTARD, enfant du PLÔ, arbore fièrement la singularité de ses origines, laissant à penser que la vie doit être considérée comme un continuum génétique plutôt que comme un ensemble d’espèces isolées.